[Communiqué] Plus de 1000 villes dans le monde se mobiliseront pour le climat
Schulstreik Zürich 21.12.18

[Communiqué] Plus de 1000 villes dans le monde se mobiliseront pour le climat

Ce vendredi 15 mars, des centaines de milliers d’étudiant.e.s et élèves du monde entier feront la grève de l’école et descendront dans les rues.

Cette forme de protestation politique est inspirée des grèves scolaires hebdomadaires de Greta Thunberg, qui ont débuté en août 2018. La jeune Suédoise exigeait la justice climatique devant le siège du gouvernement, faisant ainsi l’école buissonnière.

Depuis lors, le mouvement Grève pour le climat s’est étendu à vitesse exponentielle à travers le monde. Le 15 mars, des écoliers de plus de 59 pays et sur tous les continents vont participer à la grève globale. Dans le canton du Jura, la mobilisation s’annonce soutenue dans plusieurs établissements. Les élèves qui se retrouveront à midi devant le Lycée cantonal, pour effectuer un cortège revendicatif en ville de Porrentruy. Elles et ils prendront ensuite le train pour Delémont, ou une manifestation plus importante est prévue à 13h15 sur la Place de la gare.

Le but de cette mobilisation est d’envoyer un message clair et pacifique concernant la justice climatique, et d’inviter tous les pays à agir maintenant. Au niveau international, l’objectif principal est de faire en sorte que tous les pays signataires de l’Accord de Paris respectent leur engagement.

Marvin Aelen, gymnasienne de Bâle : « La situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui est unique. Nous sommes la dernière génération à avoir véritablement la chance d’empêcher une catastrophe climatique. D’après le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC / IPCC), il nous reste moins de 12 ans pour entreprendre les changements nécessaires. Et notre société humaine en a les moyens. C’est pourquoi des mesures doivent être prises urgemment. Le moment de sauver notre planète est le climat est venu !”

Claire Descombes, étudiante de Berne, ajoute : “Aucun état ne propose de solution efficace pour contrer le changement climatique ou pour protéger le climat. C’est pourquoi nous exigeons une collaboration politique sur le plan global sur les questions liées à la politique climatique. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons trouver des solutions viables, efficaces et équitables. C’est pourquoi nous sommes très impatient-es de nous réunir pour une grève le 15 mars. Des mouvements d’écolier-ères de plus de 59 pays et sur tous les continents se dressent ensemble pour exiger la justice climatique.

Car il serait quand même pas trop d’attendre des politicien-es qui ont signé l’Accord de Paris qu’elles le mette en application. Quoiqu’on peut se poser des questions quand on voit qu’elles vantent un système global mais ne pensent qu’à leur propre profit, fermant les yeux sur toutes les victimes de ce système du moment qu’elles se situent suffisamment loin d’eux”

Thomas Ruckli, gymnasien de Wettingen, dit : “Il est indispensable que toustes les jeunes de la planète élèvent leur voix. Greta s’est dressée même si elle était seule. Maintenant nous sommes des centaines de milliers à nous impliquer ensemble dans le même but. Chaque semaine, de plus en plus d’écoliers et d’écolières, dans de nouvelles villes et de pays, s’ajoutent à la liste déjà longue.”

Il poursuit : “Il y a tellement de jeunes qui entrent dans ce mouvement parce que nous avons perdu la foi en un réel changement en matière de politique climatique. Si les adultes n’agissent pas de façon responsable, nous prenons en tant que mouvement de jeunesse international la responsabilité d’être la voix de la raison. Il est maintenant temps d’agir, afin de sauver le futur de notre génération. Nous croyons en nous et en ce mouvement en pleine croissance.”

Ces dernières semaines, le mouvement a beaucoup gagné en organisation au niveau Suisse et est en train d’étoffer ses revendications. Dans le Jura, une liste de revendications provisoires a été élaborée et acceptée en assemblée générale. Le mouvement exige ainsi un passage rapide aux énergies renouvelables, une baisse radicale du coup des transports publics, une relocalisation de la production (notamment agricole) et la taxation du capital des grandes entreprises.

Laisser un commentaire