[Communiqué] Toutes et tous en grève pour le climat !

Le 24 mai prochain aura lieu la troisième grève du climat de Suisse. Nous, élèves et étudiant.e.s du Jura, quitterons les classes et prendrons la rue pour sensibiliser la population au problème du changement climatique, ses causes, ses conséquences, et les solutions qui s’offrent à nous. Une manifestation est prévue à Delémont, dès 14h, au départ de la place de la gare.

La grève du climat n’est pas pour nous un prétexte pour « sécher », mais bien une occasion unique de construire un mouvement qui nous permettra de prendre en main notre futur. Nos actions ont déjà eu un écho médiatique considérable. Des scientifiques nous ont publiquement soutenus, en réaffirmant l’urgence de la situation. Des personnalités politiques ont salué nos mobilisations, en affirmant partager nos préoccupations. Le Canton du Jura et la Ville de Delémont ont même déclaré l’urgence climatique !

Toutefois, il ne s’agit pour l’heure que de déclarations symboliques. La poursuite de nos actions est donc plus que jamais nécessaire, pour consolider les luttes climatiques, chez les jeunes et les moins jeunes. C’est pourquoi nous invitons l’ensemble de la population à nous soutenir, en participant à nos marches ou en rejoignant nos assemblées.

Les personnes qui peuvent se libérer le 24 mai dans l’après-midi sont priées de nous rejoindre pour manifester à Delémont dès 14h (Place de la gare).Comme par le passé, nous invitons les participant.e.s à porter leurs propres pancartes revendicatives, sans signe d’appartenance partisane. Nous effectuerons un parcours en ville de Delémont, ponctué de quelques interventions au micro.

Le thème de la manifestation sera cette fois centré sur la question des innombrables déchets que génère le système de croissance. Les déchets sont un problème en soi, de par la pollution engendrée, qui met en péril de nombreuses espèces vivantes. Le traitement des déchets – et leur éventuel recyclage – est aussi très gourmand en énergie. Or, une baisse globale de notre consommation d’énergie est absolument nécessaire pour entamer l’urgent virage écologique. On peut enfin considérer les déchets comme un symptôme ; il sont révélateurs de la logique mortifère qui sous-tend l’économie globale : la maximisation des profits au mépris des conséquences sociales et environnementales. Si nous souhaitons éviter la catastrophe, il est crucial de reconnaître l’échec de ce système productiviste et de penser à ce qui pourrait le substituer.

Au terme de la grève et de la manifestation de vendredi, le mouvement poursuivra ses activités au cours de l’été, notamment en ce qui concerne l’élaboration de revendications concrètes adressées aux autorités et la mise en place d’ateliers de formation. La rentrée scolaire fin août s’annonce également mouvementée, avec de nouvelles actions prévues sur le plan local, national et international. D’ici là, nous travaillerons à tisser d’avantage de liens avec la population, et notamment avec les enseignant.e.s, que nous appelons d’ores et déjà à se positionner en faveur des grèves et à nous rejoindre dans la rue.

Laisser un commentaire