La Grève du climat (Jura) soutient la grève des femmes* et appelle la population à y participer

Le vendredi 14 juin 2019, les femmes* de toute la Suisse se mettront en grève pour «montrer que plus rien ne fonctionne sans le travail visible et invisible des femmes» et exiger enfin une «égalité réelle» (site officiel de la Grève des femmes*). En tant que groupe régional jurassien de la Grève du climat, nous avons choisi, lors de notre dernière assemblée générale, d’apporter publiquement notre soutien aux mobilisations du 14 juin. Les raisons à cette décision sont multiples.

http://www.14juin.ch/

Nous, militant·e·s de la Grève du climat, sommes conscient·e·s que les bouleversements induits par les problèmes environnementaux risquent de frapper en premier lieu les populations déjà défavorisées. Dans une société qui reste patriarcale, les femmes* risquent hélas d’être particulièrement affectées. C’est pourquoi nous revendiquons la «justice climatique», qui stipule qu’il faut lutter contre les inégalités induites ou accentuées par le changement climatique et s’assurer que la transition écologique ne se fasse pas sur le dos des opprimé·e·s.

Aujourd’hui encore, les femmes* accèdent moins facilement à la parole que les hommes dans les espaces publics. C’est malheureusement aussi parfois le cas au sein de notre mouvement, où leur participation est pourtant cruciale. Nous souhaitons agir afin que ces inégalités disparaissent, pour que chacun·e ait les mêmes possibilités de s’exprimer et de participer aux décisions collectives.

L’urgence écologique nous oblige aussi à repenser l’organisation du travail: pour préserver l’environnement et endiguer le changement climatique, nous devons abandonner le productivisme et sortir du système de croissance. En clair: il faudra produire moins, consommer moins et répartir différemment le travail. Nous pensons que les mouvements féministes ont un rôle important à jouer dans cette transformation sociale. En effet, les femmes* continuent bien souvent de porter le fardeau du double travail: le travail salarié d’une part, et le travail reproductif de l’autre – en particulier les tâches de soin (care), non reconnues, car non rétribuées. Il est urgent que cela change!

De façon générale, nous pensons que la mise en mouvement des femmes* doit être saluée par celles et ceux qui se battent contre l’ordre actuel des choses. Tout comme les femmes* qui cesseront le travail le 14 juin, nous considérons que la grève est un moyen légitime de nous faire entendre et de nous approcher de nos objectifs. Nous souhaitons apprendre de leur expérience, afin de développer nous aussi une meilleure assise dans la population majoritaire, notamment salariée, en vue d’amplifier nos prochaines mobilisations.

Pour toutes ces raisons et pour bien d’autres, nous appelons l’ensemble de la population à soutenir le mouvement de la grève des femmes* et à y participer le 14 juin. La révolution écologique sera féministe ou ne sera pas.

Laisser un commentaire